Représenter les chômeurs

COLLECTIF n°22 mars 1994 Hubert Constancias
vendredi 14 novembre 2014
par  René
popularité : 49%

Le Mouvement national des Chômeurs et des Précaires, créé en 1986. fédère actuellement 23 associations et maisons de chômeurs réparties sur huit régions. Le MNCP, à l’image des associations qu’il fédère, poursuit un triple objectif :

1- être un outil à l’écoute et au service des associations adhérentes ;

2- être l’amplificateur de la voix des chômeurs et des travailleurs précaires au niveau national et européen, afin de faire valoir les revendications des demandeurs d’emploi et défendre les droits et la dignité des plus pauvres ;

3- lutter contre les causes du chômage.

C’est en raison de ces deux derniers objectifs que nous nous sommes résolument engagés au côté des militants syndicaux et associatifs, mais aussi des chercheurs, économistes, sociologues, etc. pour construire le collectif AC ! « Agir ensemble contre le chômage ».

« Agir ensemble contre le chômage » n’aurait aucun sens sans nous les chômeurs, qui sommes les premiers intéressés. Nous espérons ainsi déclencher un vaste mouvement de solidarité active de toute la société afin que nos dirigeants politiques prennent les mesures nécessaires pour que demain il n’y ait plus de chômage.
Pour notre part, nous ne voyons pas d’autre alternative que la réduction massive du temps de travail afin que chacun trouve sa place dans la construction de la société de demain.

L’organisation sociale de demain ne doit plus pouvoir accepter qu’être pauvre coûte cher ! Les banques ont en effet tout pouvoir. Si vous êtes riches et avez besoin d’argent, vous bénéficiez de taux intéressants. Si vous êtes chômeurs, sans le sou, vos découverts sont frappés d’agios de 15 à 18 %, sans compter les coûts d’intervention bancaire ou amendes pour chèques non approvisionnés, qui varient de 50 à 250 F.

Les impôts vous taxent de 10 % pour un retard de paiement.

Si vous avez la chance d’avoir une voiture mais pas d’argent pour l’entre¬tenir, cela vous coûte très cher en PV. Pour un pneu lisse, c’est 600 F si vous payez dans les trois jours, et cela repré¬sente un tiers du revenu d’un "RMIste", un quart de celui d’un CES, un huitième de SMIC, et 5 % si vous gagnez 12 000 F.Dégager un tiers ou un quart de son revenu en trois jours, c’est impossible. Mais si vous payez dans les 30 jours, l’amende passe à 900 F. Est-il possible de débourser 50 % de son revenu ? Mais si l’on attend, c’est 2500 F plus les frais d’huissier.

Ce n’est là qu’un exemple du quotidien de la vie d’un chômeur et de l’impasse financière dans laquelle il s’enfonce désespérément. Aucun travailleur ou représentant de ceux-ci dans les organisations syndicales ne peut défendre véritablement les personnes hors du monde du travail, qui sont confrontées à ces problèmes quotidiens.

C’est la raison pour laquelle nous demandons le soutien de tous, et particulièrement des organisations syndicales pour permettre aux chômeurs d’être représentés par leur propre organisation partout où leurs intérêts sont en jeu.

Hubert Constancias


Documents joints

Représenter les chômeurs
Représenter les chômeurs